Proposée par l’Institut français en partenariat avec le Musée du Quai Branly et Total.

Héritière des « négritudes » d’avant la seconde guerre mondiale, « Présence Africaine » est fondée à Paris en 1947. Ses objectifs : publier des études africanistes sur la culture et la civilisation noire, des « textes africains » et passer en revue les « oeuvres d’art ou de pensée concernant le monde noir ». Dans les premiers numéros, Alioune Diop s’entoure de toutes les personnalités intéressées par les mondes noirs : ethnologues, anthropologues (Marcel Griaule, Georges Balandier, Théodore Monod, Michel Leiris, Paul Rivet), écrivains, philosophes (Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor, Jean-Paul Sartre, André Gide, Albert Camus, Richard Wright) mais aussi galeristes et critiques d’art (Charles Ratton, William Fagg).
« Présence Africaine » a été un outil de diffusion qui a permis aux intellectuels et aux écrivains noirs de revendiquer leurs identités culturelles et historiques que le contexte colonial niait au « exotisait ». Cette revue fut donc à la fois un mouvement, un réseau d’échanges et une tribune permettant aux différents courants d’idées liés aux « mondes noirs » des s’exprimer.

DU 17 MAI AU 4 JUIN